Treize collectifs basés dans la région Auvergne-Rhône-Alpes ont lancé une action commune contre le compteur Linky. Deux arguments sont mis en avant : les problèmes de santé et la protection de ses données. Explications.

Depuis le début de son déploiement en 2015, le fameux compteur vert suscite de vives inquiétudes et est sujet à polémique. Les anti-linkys soulèvent deux arguments. D’une part, les réfractaires dénoncent les risques de problèmes de santé, certains se plaignant de sifflements constants dus à la pose du compteur. La justice a déjà reconnu l’existence d’usagers dits « électro sensibles » ayant conduit à sa désinstallation.

D’autre part, c’est l’absence d’intimité qui pose problème puisqu’il collecte les données de consommation. Leur analyse pourrait permettre de déduire un grand nombre d’informations !

Le but de ces collectifs : faire reconnaître la possibilité pour les usagers de refuser l’installation de ce compteur.

Ce mouvement, né dans la région, se propage et d’autres collectifs devraient lancer des procédures identiques dans plusieurs départements tels que le Gard et la Meurthe-et-Moselle.

Le distributeur d’énergie Enedis, filiale du groupe EDF, affirme que les foyers français sont progressivement équipés du nouveau compteur électrique Likny dans le but de poursuivre la transition écologique. Au total, 35 millions de compteurs Linky ont été installés en l’espace de 6 ans.

Bertrand, habitant de Lyon, témoigne et affirme avoir reçu des pressions du groupe : “Enedis a indiqué qu’il installerait le compteur en mon absence, et ce, malgré mon refus. Après son installation, j’ai été victime de sifflements quand j’étais chez moi. » Il a donc décidé de rejoindre un collectif et de se battre !

La justice restera-t-elle toujours favorable à la cause de l’entreprise ? Telle est la question !

Source : Reportage de BFMTV sur les “stop linky”

Fermer le menu